En 1968, lors d’un voyage au Japon, où il expose ses travaux kaléidoscopiques, Neiman fait l’acquisition d’un prisme qui démultiplie l’image.

La première œuvre qu’il tire de l’usage de ce filtre prismatique est un motif qu’il intitule « Haschich ».

L’utilisation de ce nouveau moyen technique lui permet de travailler d’une autre façon le vibrant de ses sujets.

 

Y. Neiman avec en arrière plan son tableau "Haschich", 1968
Y. Neiman avec en arrière plan son tableau « Haschich », 1968