Composition symétrique, copyrightY.Neiman, www.yehudaneiman.com
copyrightY.Neiman, www.yehudaneiman.com

En 1967, dans un entretien avec Pierre Restany, Neiman  dit que les formes féminines sont abstraites, et que lui fait appel à des modèles au même titre que Vasarely convoque les formes géométriques.

Ncal223, copyrightY.Neiman, www.yehudaneiman.com
copyrightY.Neiman, www.yehudaneiman.com
Ncal56 cp, copyrightY.Neiman, www.yehudaneiman.com
copyrightY.Neiman, www.yehudaneiman.com

Si N. considère les formes de la femme comme parfaites à l’état de nature, il en exalte la réalité en en doublant la formule, ou en la multipliant, pourrait-on risquer, dans des compositions à 2 ou 4 fesses, 8 jambes et 8 seins, au gré de sa fantaisie.

Deux états ressortent du travail de composition, de géométrisation à partir des éléments les plus sensuels et érotiques du corps de la femme : une perte des repères – perdre la source objective au profit de ou pour gagner l’inspiration, pour intensifier l’expérience perceptive elle-même -, et le constat que la symétrisation est somme toute anti-naturelle, et quasi monstrueuse – ou encore exprimé dans un registre plus neimanien que les imperfections, les détails, les particularités font la beauté du vivant et de sa richesse.